Transport und Logistik – Die deutschen Unternehmen setzen erneut auf Frankreich

40960581981_3cbac702a7_k-pt
Source : SITL

Les groupes allemands Transporeon et Miebach et le germano-suisse Kardex investissent dans l’Hexagone. La France redevient attractive.

La Semaine Internationale du Transport et de la Logistique (SITL) qui s’est tenue du 20 au 23 mars à Paris-Villepinte a mis à l’honneur la relation franco-allemande. Lors de la conférence intitulée « France-Allemagne : radioscopie de la performance logistique » que j’ai eu le plaisir d’animer, tous les intervenants ont confirmé le regain d’intérêt de nos voisins pour le marché français. « Il y a cinq ans, le directeur monde de Bosch était venu en France, il avait été accueilli par des manifestations. Il est revenu en janvier 2018 à la convention « Choose France » du président Macron à Versailles. Ce n’est plus du tout le même contexte. Dans la foulée, le groupe a annoncé des investissements notamment sur notre site de Rodez » résume Gabriel Schumacher, directeur logistique de BSH (Bosch Electroménager). Transporeon a développé la 1re plateforme collaborative en mode Cloud qui digitalise entièrement la relation entre les industriels et les sociétés de transport. Disponible en 25 langues, sa plateforme connecte plus de 1 000 chargeurs avec 65 000 transporteurs, et gère plus de 100 000 opérations quotidiennes. « La France a lancé un immense plan de transformation nationale et Transporeon se renforce pour participer à ce mouvement en investissant durablement sur ce marché » résume Valérie Carreau, manager France du groupe.

« Die französische Wirtschaft ist im Wandel. Wir möchten diesen Weg gemeinsam gehen »

Preuve que la France est revenue en grâce, le directeur (français) des opérations a intégré le « comex » du groupe d’Ulm. Les activités françaises de « TP » sont désormais pilotées depuis la Défense et de nombreux recrutements sont en cours. Depuis Francfort, Miebach (350 consultants déployés dans 24 bureaux aux quatre coins du monde) conseille ses clients industriels dans leur stratégie logistique mondiale. « Il y a beaucoup de projets en France. C’est un important marché » explique Philippe Lavoué, manager France. Jusqu’ici, les clients français étaient suivis depuis l’Allemagne. Désormais Miebach compte « être français en France ». Même constat chez Kardex, fournisseur d’équipements pour les sites logistiques. « Après trois ans d’expérimentation en Allemagne, nous lançons officiellement sur le marché français un nouvel équipement de picking et de tri sur-mesure, le LR35 » explique Daniel Chalancon, directeur de Kardex Remstar France, « l’économie française redémarre ». Autre bonne nouvelle, certains acteurs françaisdu transport se portent bien au point de racheter des concurrents outre-Rhin. C’est le cas du groupe Heppner. « Nous avons repris la société AB Transport située dans la région de la Rhur, ce qui nous permet de compléter notre maillage du territoire allemand » commente Cédric Frachet directeur international terrestre de la société qui constate également un changement d’attention chez ses interlocuteurs allemands. « Leur ressenti vis-à-vis de la France a changé », ce que confirme également Evelyne Isinger, présidente de la Commission Transport de la région Grand-Est qui coopère étroitement avec ses voisins du Bade-Wurtemberg et de la Sarre.

Sylvain Etaix