Alsace : Merck investit 25 millions d’euros pour produire des poches de production de vaccins

L’annonce a été faite le 17 mars sur le site du groupe en présence du commissaire européen Thierry Breton et de la ministre déléguée chargée de l’Industrie Agnès Pannier-Runacher.
Crédit : © Merck

25 millions d’euros, c’est le montant que le groupe pharmaceutique allemand Merck va investir sur son site alsacien de Molsheim (Bas-Rhin). L’annonce a été faite le 17 mars sur le site du groupe en présence du commissaire européen Thierry Breton et de la ministre déléguée chargée de l’Industrie Agnès Pannier-Runacher. Une ligne de product ion de poches destinées aux cuves réfrigérées pour conserver les vaccins va être créée, avec à la clé 350 nouveaux emplois, dont 80 en 2021. 1 700 mètres carrés de salles blanches vont être construites sur le site qui est le troisième plus grand de Merck au monde (Molsheim est rattaché à la structure juridique millipore S.A.S qui fait partie de l’activité Life Science du groupe).

200 à 250 000 poches par an

Cet investissement est une réponse du laboratoire allemand à la demande exponentielle de poches à usage unique utilisées pour la fabrication de biothérapies et de vaccins. 200 à 250 000 poches pourraient être produites chaque année. Les premières poches devraient sortir des lignes de production à la fin de l’année. « La pandémie a confronté le monde à des défis inconcevables. Les efforts scientifiques et technologiques de Merck ont conduit à des contributions significatives dans le combat contre la covid-19. Notre nouvelle unité de production européenne augmentera notre capacité à fournir des assemblages à usage unique aux fabricants de vaccins et de produits thérapeutiques du monde entier. L’annonce de cet investissement stratégique en Europe témoigne de l’engagement mondial de Merck pendant cette pandémie et pour le futur » a déclaré Belén Garijo, vice-présidente du conseil d’administration et CEO adjoint du groupe. Avec plus de 1 700 employés et plus de 10 000 références produits, Molsheim fournit une large gamme de produits essentiels aux laboratoires qui développent des thérapies vitales, tels que les anticorps monoclonaux. Le site réalise 60 millions de chiffre d’affaires par an. Il dessert le marché mondial : plus de 85% de sa production est exportée.

« Montée en puissance de la chaîne d’approvisionnement européenne »

« Notre site est un centre d’excellence mondial pour les activités de BioMonitoring et de purification d’eau depuis de nombreuses années. Avec cette nouvelle unité de production à usage unique, nous ajouterons des capacités essentielles pour répondre aux besoins de nos clients, tout en créant de nouveaux emplois pour notre région », a précisé Jean- Philippe Maurer, Directeur Industriel du site et Président de Millipore SAS. Les assemblages à usage unique n’étaient jusqu’alors produits par le groupe uniquement en Chine (Wuxi) et aux Etats-Unis (Danvers, Massachusetts) . L’annonce a été saluée comme il se doit par le monde politique. Agnès Pannier-Runacher a souligné « l’investissement de Merck qui contribue à la réindustrialisation de la France en matière d’industries de santé. Ce projet est stratégique non seulement pour notre pays, mais aussi pour l’Union européenne ».

Pour le Commissaire européen Thierry Breton, en charge de la Task force européenne pour la production de vaccins, «cet investissement est un nouvel exemple de la montée en puissance de la chaîne d’approvisionnement européenne. C’est en coordonnant tous les efforts de production que nous favorisons l’autonomie industrielle de notre continent ». Enfin, Thierry Hulot, président du conseil de gouvernance de Merck France a rappelé l’engagement de longue date du groupe en France qui compte 8 sites industriels et plus de 3600 emplois. « Je me réjouis de voir la politique volontariste de réindustrialisation de notre pays entrer en action et marquer une première étape afin de faire de la France un des futurs leaders en bioproduction » a-t-il déclaré.