Altmaier – Le Maire, ein starkes Team ?

Les deux ministres le 18 janvier 2018. Trois ans après, en pleine crise, le duo affiche toujours la même détermination pour construire une industrie européenne compétitive, souveraine et résiliente, sur un socle franco-allemand.
Crédit : © A.S.Minefi

Malgré les fortes « turbulences » que suscite actuellement le projet d’avion de combat SCAF, le tandem Altmaier – Le Maire continue de faire bouger les lignes de la coopération industrielle franco-allemande et européenne. Batteries électriques, souveraineté numérique, hydrogène, microprocesseurs, intelligence artificielle : depuis 18 mois, de nouvelles filières stratégiques européennes se dessinent sur la base d’un socle franco-allemand. A la manœuvre : les deux ministres de l’Economie Peter Altmaier et Bruno Le Maire, qui maitrisent parfaitement les deux langues. Tous deux sont intimement convaincus que la souveraineté européenne dans ces filières d’avenir passe par une coopération accrue entre nos deux pays. Depuis le début de la crise, Bruno le Maire a endossé le rôle de pompier de service. Il est partout, sur le terrain, dans les médias. Appliquant la politique du « quoi qu’il en coûte », sa côte de popularité est plutôt bonne dans l’opinion française et auprès des dirigeants d’entreprise. Outre-Rhin, Peter Altmaier ne jouit pas de la même clémence. Inquiets du prolongement du confinement jusqu’au 7 mars, et de la lenteur des aides gouvernementales, les milieux industriels se sont montrés très critiques envers le Ministre, lequel a tenté de les rassurer mi-février lors d’un sommet virtuel, leur promettant un renforcement du plan d’aides financières dans les prochaines semaines.

Künstliche Intelligenz: gemeinsamer Aufruf zu Projekten

Le 2 février, les deux ministres ont annoncé le lancement d’un appel à projets commun dans l’intelligence artificielle. Berlin et Paris mettent 10 millions d’euros chacun sur trois ans, dans le cadre du Programme des investissements d’avenir s’agissant de la France et du programme « Entwicklung digitaler Technologien » pour l’Allemagne. Les propositions de projet peuvent être soumises jusqu’au 29 avril 2021. « Dans la bataille internationale pour l’IA, l’Union européenne affiche de très fortes ambitions… Pour répondre à ce défi, l’Allemagne et la France proposent un dispositif concret visant à favoriser une offre technologique innovante, au service de l’intérêt européen commun » a souligné Bruno Le Maire. « Grâce à cette approche commune, nous renforcerons l’écosystème européen de l’IA et aborderons conjointement des questions technologiques importantes dans le cadre de projets concrets » a commenté Peter Altmaier.

In Zukunftstechnologien « made in EU » investieren

Le 16 février, lors d’une réunion de travail, les deux homologues ont rappelé leur aspiration à « une industrie européenne compétitive, souveraine et résiliente grâce à des investissements dans des technologies d’avenir “made in UE“ ». Les deux ministres se sont engagés pour trois Projets Important d’Intérêt Européen Commun (PIIEC) : l’hydrogène, le cloud et la microélectronique. Ils seront en partie financés par le plan de relance européen (via la “facilité pour la relance et la résilience“ dans le jargon bruxellois). Les deux ministres veulent aller vite : la pénurie de composants électroniques qui affecte aujourd’hui toute la filière automobile rend plus que nécessaire le renforcement des capacités de production de l’Europe. Les deux ministres veulent également pousser l’UE à définir des priorités communes pour la politique spatiale européenne et notamment sur les futurs lanceurs européens et sur le « New Space » d’ici mi-2021.
Que pensent les industriels de ce tandem hyperactif en projets (qui devront toutefois se concrétiser), et dont la communication est désormais bien rodée ? « Le duo fonctionne bien, c’est une chance pour nos deux pays » avance Doris Birkhofer, directrice générale de Siemens Smart Infrastructure France (lire son interview page 10). Altmaier – Le Maire, duo gagnant pour faire sortir la France, l’Allemagne et l’Europe par le haut de cette crise ?

« Das Team Altmaier- Le Maire funktioniert gut, das ist eine Chance für beide Länder »
Doris Birkhofer, Generaldirektorin von Siemens Smart Infrastructure France