Diese Franzosen, einfach unverbesserlich !

photo-bundestag-pt
22 janvier 2018, Paris. Seuls 147 députés français sur 577 étaient présents pour accueillir le Président du Bundestag, Wolfgang Schäuble. A Berlin, son homologue Francois de Rugy a été reçu sous les acclamations du parlement allemand, au complet, pour cet événement historique.
Source : bundestag.de

La célébration des 55 ans du Traité de l’Elysée conclu par Charles de Gaulle et Konrad Adenauer en 1963 devait être une occasion de rénover et de renforcer les liens d’amitié et de coopération entre nos deux pays. Tel était en effet le souhait d’Emmanuel Macron dans son discours de la Sorbonne du 27 septembre, un voeux rapidement partagé par la Chancelière Angela Merkel et le gouvernement allemand.

Les assemblées parlementaires des deux pays, l’Assemblée Nationale et le Bundestag, ont d’ailleurs travaillé de concert à une « convergence législative » dans cette direction. Une résolution commune a même été adoptée et présentée le 22 janvier dernier, jour de l’anniversaire du Traité. « La France et l’Allemagne ne forment plus simplement un couple : nos deux pays forment une famille! » s’est exclamé François de Rugy à Berlin. Au Bundestag, le Président de l’Assemblée Nationale a été accueilli par un tonnerre d’applaudissements. Les députés allemands s’étaient mobilisés en masse pour l’occasion. Même la Chancelière était présente, preuve de l’importance historique que portent nos voisins à ce Traité de l’Elysée qui incarne l’amitié entre nos deux pays. Mais lorsque Wolfgang Schäuble fait son apparition à l’Assemblée Nationale à Paris, la grande famille unie évoquée par François de Rugy s’est désagrégée. L’Assemblée Nationale est honteusement vide. Seuls 147 députés sur 577 ont fait le déplacement ! Les députés de la majorité présidentielle « En marche » ne sont que 56 sur 311. Pis, seuls deux ministres du gouvernement en place sont présents : le ministre de la transition écologique Nicolas Hulot et la ministre chargée des Affaires européennes Nathalie Loisot, qui est arrivée en retard.

A la sortie de l’hémicycle, la députée écologiste allemande Franziska Brantner n’a pas caché sa déception et son désappointement pour ce qui devait être un grand moment de fraternisation et qui s’est terminé en “eau de boudin” à la française. Benjamin Griveaux, le ministre porte-parole du gouvernement français a publiquement regretté ce « raté ».

Unverbesserlich, diese Franzosen ! Nos chers députés devraient prendre exemple sur ces collégiens qui ont célébré par un lâcher de ballons cette journée historique du 22 janvier. Bien plus qu’un symbole…

 

“Frankreich und Deutschland sind nicht mehr einfach ein Paar: Unsere beiden Länder bilden nunmehr eine Familie!”

François de Rugy, Präsident der Nationalversammlung.