Edito : Frankreich poliert sein Image wieder auf

Nombre de projets d’investissement direct étranger.
Source : EY ILAS European Investment Monitor, 2018

Bonne nouvelle ! L’image de la France s’améliore auprès des sociétés allemandes. Confiantes pour l’avenir de leur business dans l’Hexagone, elles se félicitent des réformes mais demandent plus de rapidité dans leur mise en oeuvre, selon la dernière étude EY/CFACI.

« Notre étude 2016 laissait entrevoir un embellissement de l’image de la France auprès des entreprises allemandes. En 2018, la situation s’améliore” résume Serge Guérémy, Associé chez EY qui a présenté les résultats du baromètre EY/CFACI “Entreprises allemandes implantées en France : situation, perceptions et perspectives 2018-2022” le 19 octobre au siège parisien du cabinet d’audit, devant une centaine de chefs d’entreprise. Tous les deux ans, cette étude sur l’attractivité de la France auprès des sociétés allemandes reflète la perception qu’ont ces influents acteurs économiques de l’Hexagone. Pour cette 6ème édition, 100 entreprises allemandes implantées en France (employant 49 000 personnes et réalisant 20 Mds d’euros de volume d’affaires) et actives dans l’industrie (44%), la distribution (43%) et les services (13%), ont témoigné de leur situation et de leurs attentes.

Optimismus deutscher Investoren für ihre Aktivitäten auf langfristige Sicht

90% des sondés perçoivent la situation économique française comme bonne (contre 41% en 2016 et 19% en 2014). 78% se disent satisfaits des résultats de leur activité en France, contre 55% en 2016. Et 56% ont une vision très favorable de leur business à moyen terme (2 à 4 ans). Les perspectives d’emplois sont bonnes pour 43% des sondés qui envisagent une augmentation de leur effectif en France. « Avec 312 000 personnes, l’Allemagne est le second employeur étranger en France et se rapproche des Etats-Unis qui emploient 313 000 personnes » souligne Serge Guérémy.

Sans surprise, les facteurs d’attractivité demeurent la facilité d’accès au marché, la qualité de la formation, l’impact positif de la démographie, les compétences en R&D et le cadre de vie. Avec 1019 projets d’investissement en 2017 (+31%), la France recolle à la Grande-Bretagne (1205 projets, +6%) et à l’Allemagne (1124 projets, +6%). En 2017, les investissements allemands ont progressé de 22 % et plus de 5700 emplois ont été créés. Qualité, service client, compétitivité-prix sont des facteurs clés de réussite sur le marché français. Plus largement, plus d’un sondé sur deux attend davantage de volontarisme et d’investissement sur les sujets de l’innovation, de la transformation digitale mais aussi de la formation professionnelle.

Frankreich muss besser über seine Steuerreformen informieren

Les réformes conduites par le gouvernement français (marché du travail, baisse de la fiscalité, simplification du droit du travail) sont saluées. Cependant, les décideurs allemands soulignent un manque de rapidité dans leur mise en oeuvre et un manque de communication, notamment au sujet de la fiscalité. Un décalage qui génère parfois des tensions entre maisons-mère et leurs filiales françaises. « Aujourd’hui, les directions en Allemagne attendent davantage de résultats de leur filiale française » souligne Alexander Lohnherr, ex directeur général de Miele France et président du GIFAM (Groupement des marques d’appareils pour la maison). « Les réformes sont positives mais sont encore très largement insuffisantes. Le projet de loi de finances 2019 prévoit très peu d’efforts sur les déficits publics ». Même sentiment chez Multivac, fournisseur d’emballages de haute technicité pour les industries agroalimentaires. « Nous avons aménagé un nouveau site, les procédures administratives nous ont fait perdre 6 mois. Il faut aller beaucoup plus loin dans les réformes » souligne Christoph Charoy, directeur de la filiale française. Marc-Alexander Burmeister, directeur général de B. Braun France (appareils médicaux) résume le sentiment général : « il y a un vrai effet Macron, qui a réinstauré du dialogue, reste à voir s’il peut tenir ses promesses ».