Green deal européen « PAC : le nouveau cadre réglementaire ne doit pas freiner l’innovation technologique »

Livio Tedeschi, senior vice president von BASF Agricultural Solutions Europe (BASF agrosolutions division), sagte, die neue Gemeinsame Agrarpolitik (GAP), die in Brüssel für den Zeitraum 2021-2027 eingeführt wird, dürfe die technologische Innovation nicht durch neue verbindliche Vorschriften bremsen.

Livio Tedeschi, vice-président senior de BASF Agricultural Solutions Europe Crédit : © BASF Agricultural Solutions Europe

 

Le 28 juin un accord partiel sur la nouvelle Politique Agricole Commune (PAC) qui doit s’appliquer à partir de 2023, a été trouvé entre les Eurodéputés et les Etats membres de l’UE. L’enjeu est de taille : 387 mds d’euros sur 7 ans pour le verdissement de la PAC. Les ONG dénoncent le manque d’ambition environnemental de cet accord. Qu’en pensez-vous ?
La PAC représente près du tiers du prochain budget pluriannuel 2021-2027 de l’Union européenne (1210 Mds). Avec sa stratégie Farm-To-Fork (de la ferme à la fourchette), Bruxelles vise une transformation complète de la chaine alimentaire qui passe par l’agriculture, l’élevage et l’ensemble de la chaîne de valeur en privilégiant une production européenne. Cette volonté de verdissement implique des changements fondamentaux dans les pratiques agricoles actuelles. La nouvelle PAC est une étape très importante qui montre la volonté de l’UE de concrétiser cette transition. Il existe également un financement pour les nouvelles technologies, sous forme de programmes de recherche ou de collaboration qui visent à financer le développement de technologies nouvelles et alternatives. La Commission fournit des objectifs mais aussi un certain nombre de financements. Si la combinaison des deux fonctionne, alors nous sommes certainement sur la bonne voie pour aller vers un mode de production alimentaire encore plus durable en Europe.

Que pensez-vous des « écorégimes » qui accordent des primes aux agriculteurs appliquant des pratiques « éco-responsables » ou vertueuses ?
Pour l’instant facultatifs, les écorégimes sont une bonne piste pour encourager cette transition vers une agriculture durable. Mais le revenu des agriculteurs ne doit…

Pour lire la suite, abonnez-vous ici