“Il y a une sorte de paralysie dangereuse entre la France et l’Allemagne”

Martin Schulz était l’invité d’honneur des Congrès des dirigeants organisés par Villafrance à Cologne et à Lyon au second semestre 2019.
Crédit : Villafrance / le Congrès 2019

Angesichts des Erstarkens extremer Kräfte in Deutschland und Europa ruft Martin Schulz, ehemaliger Präsident des Europäischen Parlaments (2012-2017), alle Europäer dazu auf, ihre Werte des Humanismus, Friedens und der Demokratie entschieden zu verteidigen. Seiner Meinung nach sind die deutsch-französischen Beziehungen nicht die besten. Wenn sich beide Länder nicht bei einer Reihe strategischer Themen besser abstimmen, könnte dies Europa lähmen…

AFA : A la suite de la percée de l’AFD aux différentes élections régionales en 2019, quel regard portez-vous sur la situation politique actuelle en Allemagne ?
Martin Schulz : Il y a un véritable clivage psychologique, d’Est en Ouest, perceptible aux élections régionales pas seulement en Thuringe, en Saxe et en Brandebourg. Trente ans après la chute du mur, beaucoup de citoyens de l’ex-Allemagne de l’Est ont encore le sentiment d’être considérés comme des citoyens de seconde zone. Les électeurs expriment depuis un certain temps cette colère, cette protestation par les urnes en faveur des extrêmes. Il y a toujours une chance d’éviter que l’AFD s’implante à long terme structurellement dans ces régions comme une force politique incontournable. Il faut avant tout regagner la confiance des électeurs, déçus par la politique.

AFA : Au-delà de l’Allemagne, les extrêmes progressent sur l’ensemble du continent…
M.S. : L’extrême droite et l’extrême gauche, dans l’ensemble des pays européens (Matteo Salvini en Italie, Marine Le Pen en France), font dorénavant partie…

Pour lire la suite, abonnez vous ici.