« La France accuse un incroyable retard en matière d’accès à l’innovation thérapeutique »

Crédit : Merck

Der Vertrag von Aachen eröffnet zahlreiche Möglichkeiten zur Stärkung der Kooperation und der wirtschaftlichen Konvergenz zwischen unseren beiden Ländern. Es wird kritisiert, dass er angesichts der gewaltigen wirtschaftlichen und gesellschaftlichen Herausforderungen des 21. Jh. nicht ehrgeizig genug sei. Wie beziehen große Unternehmensgruppen den Vertrag in ihre Strategie ein? Was schlagen sie vor? Treffen mit Thierry Hulot, Präsident von Merck Santé France.

> Quelle résonnance le Traité d’Aix-la-Chapelle trouve-t-il chez un groupe allemand tricentenaire comme Merck ?
Th. Hulot :
Ce Traité traduit la volonté du couple franco-allemand, au plus haut niveau politique, de continuer à « driver » la construction européenne, avec une composante non seulement politique mais aussi économique, dans une approche très pragmatique et très concrète. Mais la quinzaine de thématiques abordée dans ce Traité est assez peu ambitieuse. Cependant, en tant que groupe industriel franco-allemand, nous observons que le pragmatisme industriel allemand rencontre le pragmatisme français. C’est très encourageant. Et cela nous envoie un message à nous, industriels : lorsque nous allons à la rencontre des dirigeants politiques, nous pouvons échanger sur des sujets concrets. Mais je ne crois pas une seconde que deux gouvernements puissent régler, via un Traité, tous les problèmes de l’Europe. Nous avons une déclaration d’intention qui est forte et qui s’inscrit à un moment de l’histoire européenne où l’Europe a besoin d’un nouveau souffle. Le Traité dresse une liste « à la Prévert » des problèmes et dysfonctionnements. C’est bien de les connaître mais il faut maintenant y répondre.

Quel rôle peut jouer Merck et plus particulièrement Merck Santé France dans cette nouvelle dynamique de coopération franco-allemande et d’intégration européenne insufflée par ce Traité ?
Th.H. Merck est acteur de la coopération franco-allemande depuis près d’un siècle. Le groupe est présent en France depuis plus de 90 ans. Nous avons 10 sites dont 7 industriels et employons plus de 3400 personnes, avec une croissance des effectifs de + 8% par an. Nous sommes actifs dans trois métiers : la Santé, les Sciences de la vie (Biotechnologies) et les Matériaux haute performance. Pour les Sciences de la vie, l’une des nos principales usines mondiales se trouve à Molsheim en Alsace. Elle ne cesse de croître. Nous y avons inauguré il y a quelques mois notre M Lab™ Collaboration Center. Sur notre site de Martillac (région bordelaise), nous développons toutes les technologies pour faciliter et rendre accessibles à tous, la production d’anticorps monoclonaux qui révolutionnent le traitement du cancer. Merck Biodeveloppment est un des laboratoires leaders mondiaux sur les bioréacteurs à usage unique. Nous faisons de la R&D et de l’industrialisation en France car la France, comme l’Allemagne, possède un énorme potentiel de compétences scientifiques, un savoir-faire unique en matière d’innovation et de bonnes infrastructures…

Pour lire la suite, abonnez-vous ici