« La machine économique allemande a redémarré plus tôt »

„Deutschland ist ein wesentlich dezentralisierteres Land als Frankreich, wo die Wirtschaft stark in staatliche Beschlüsse eingebunden ist. Für uns, die wir überlegen, wie ein Neuanfang unseres Landes aussehen könnte, sind dies Elemente, die untersucht werden müssen“ erklärt Patrick Martin, Vizepräsident der Arbeitgeberorganisation Medef.

Patrick Martin, Président délégué du Medef
Crédit : © SIPA/MEDEF

AFA : Quand et comment doit être relancée l’économie française ?
Patrick Martin : C’est un type de crise que nous n’avons jamais connu. Il est encore difficile de mesurer l’impact à long terme mais le choc a été brutal, frappant tous les secteurs, et tout particulièrement ceux en lien avec le public. La situation économique dégradée impose une réaction en trois temps : enrayer la spirale baissière de l’activité par une reprise rapide, relancer l’activité pour retrouver le niveau antérieur, tout en préparant à moyen terme une transformation plus ambitieuse pour corriger les faiblesses structurelles connues de notre économie. L’urgence est tout d’abord de relancer la consommation, notamment en incitant les Français à utiliser l’épargne constituée pendant la crise, et de consolider la trésorerie et les fonds propres des entreprises, durement affectés par l’arrêt de l’économie. Tout doit être fait pour éviter des dommages à l’appareil productif et pour limiter les défaillances d’entreprises. Ensuite, il faudra reconstruire par une politique de l’offre afin d’améliorer la compétitivité de nos entreprises. A l’heure où la vie reprend peu à peu dans les entreprises, il est indispensable de retrouver la confiance pour redémarrer le moteur de l’économie de marché. La forte progression des créations d’entreprises au mois de mai et le redressement des ventes automobiles sont des signaux positifs. La crise a aussi révélé un certain nombre de dysfonctionnements, voire des pesanteurs. Nous devons en profiter pour refonder et moderniser notre économie, en prenant en compte les impératifs accentués par cette crise : transition écologique, souveraineté, transition numérique… La France doit également repenser son organisation publique, excessivement centralisée, dont les pesanteurs ont été confirmées par cette crise.

AFA : Comment jugez-vous le plan de l’Union Européenne ?
P.M : Face à l’urgence…

Pour lire la suite, abonnez-vous ici.